Apprendre à travers l'art, 2014

6 juin - 31 août 2014

Participants

Artistas---LTA--2014
Ainhoa Ortells, Manu Muniategiandikoetxea, Naia del Castillo, Maider López, Jorge Rubio, Ibon Garagarza.

LES ÉCOLES

25 élèves de 5e année de primaire de l’EP Ignacio Aldekoa, d’Astrabudua.
Institutrice: Rosa Mª Almena.
Artiste: Ibon Garagarza.
« J’ai passé de très bons moments avec Ibon. Nous avons fait beaucoup de choses : le travail des constellations, celui des fleurs… Le meilleur moment a été la visite au Musée Guggenheim Bilbao, pour voir les sculptures d’Ernesto Neto et de Richard Serra. Les œuvres d’Ernesto Neto sont très bonnes. »

9 élèves de 3e et 4e années de primaire de l’EP San Ignacio Eskola, de Getxo.
Institutrice: Marian Antolín.
Artiste: Ainhoa Ortellls.
« J’ai eu peur en marchant à l’intérieur du labyrinthe de Richard Serra et à côté de l’“araignée” ».

23 élèves de 4e année de primaire de l’EP Iruarteta, de Bilbao.
Institutrice: Arantza Beascoechea.
Artiste: Naia del Castillo
« Les enfants aussi, nous pouvons créer de l’art. »
« Nous avons eu de la chance : nous avons pu voir comment travaille un artiste. »

23 élèves de 2e année de primaire de l’EP Lezo, de Lezo.
Institutrice: Mª José Ascunce.
Artiste: Manu Muniategiandikoetxea.
« Notre sculpture sera exposée à partir du 6 juin. Si vous souhaitez la voir, allez au Musée Guggenheim Bilbao, elle est très belle. »

25 élèves de 5e et 6e années de primaire de l’EP Karmengo Ama, de Trintxerpe-Pasaia.
Institutrice: Kontxi Oiarzabal.
Artiste: Maider López.
« L’atelier a été très intéressant. Nous avons surtout travaillé l’imagination et nous avons appris à transformer en objet ce qui nous passe par la tête. »

10 élèves de 5e et 6e années de primaire de l’EP Labastida de Labastida.
Institutrice: Itziar Belaustegi.
Artiste: Jorge Rubio.
« Ce que j’ai le plus apprécié dans ce projet, c’est la visite du Musée Guggenheim Bilbao. Là-bas, j’ai fait la connaissance de plusieurs artistes et ce qui m’a le plus attiré, ce sont les œuvres d’Ernesto Neto. Le chien Puppy aussi m’a beaucoup plu, parce qu’il est très gai et plein de couleurs. »

Voir des autres éditions

THE ARTISTS

Naia del Castillo

« En tant qu’artistes, nous avons à relever chaque année un défi différent. Nous voulons que les élèves expérimentent une découverte intellectuelle et émotionnelle et un apprentissage expérientiel à travers la pratique artistique. Pour encourager leur implication avec des propositions innovantes et leur permettre de trouver d’autres moyens pour comprendre la réalité et la représenter artistiquement, l’aide du professeur est vitale. L’union des trois agents — élèves, enseignant et artiste — permet d’obtenir une collaboration et un dialogue enrichissants et gratifiants. »

Ibon Garagarza

« Ce programme n’est pas seulement un appui aux thèmes du programme scolaire et l’occasion de porter sur eux un regard différent, c’est aussi un outil qui permet d’éveiller la curiosité des élèves. Cette année, je suis très content, car les 25 compagnons avec qui j’ai voyagé à travers l’univers se sont révélés très curieux. Ce groupe, grand et disparate, s’est peu à peu uni au fur et à mesure que nous affrontions un ambitieux projet : explorer l’univers et ses éléments. »

Maider López

« Dans le projet, nous avons associé les couleurs aux sentiments. Décider le code de couleur a été une tâche difficile, car nous n’avions pas tous la même opinion. Nous avons décidé que le rouge équivalait à l’amour, mais Oier a levé la main pour dire que pour lui, le rouge signifie la colère, et pas l’amour. D’autres élèves l’ont soutenu et la classe s’est divisée : amour contre colère. J’adore quand la classe acquiert sa propre dynamique, au-delà de toute planification ou de ce qu’on attend d’elle. »

Manu Muniategiandikoetxea

« Le rôle de l’artiste est d’aider les enfants à leur faire prendre conscience de ce qui est art, en essayant qu’ils voient avec leurs propres yeux et développent l’idée de ce qui est ou n’est pas une expression humaine. Dans ce projet, nous avons voulu qu’ils connaissent différentes cultures et identités, accompagnées d’environnements, de paysages et d’économies dissemblables. Mais le plus important est d’arriver à ce qu’ils se voient eux-mêmes comme un élément d’un grand ensemble où chaque individu est fondamental. »

Ainhoa Ortells

« Les élèves ont travaillé l’expressivité émotionnelle et, à travers l’art, ils ont pu prendre conscience de leurs émotions les plus intimes et les refléter, en découvrant d’une manière agréable et commode un monde qu’ils ignoraient. Pour renforcer les concepts du moi et du nous, nous avons confectionné un “ drapeau ” de la classe, dans lequel chaque symbole individuel trouve son espace et chacun de nous a sa place. »

Jorge Rubio

« On dit que les maîtres du théâtre d’ombres, en plus de révéler la connaissance populaire durant la représentation, oubliaient qui ils étaient réellement pour se transformer en marionnettes inanimées, se fondant dans l’histoire et improvisant des réponses. Ainsi, aucune légende ne se répétait. Ces élèves ont également travaillé avec le théâtre d’ombres en partant, comme le conteur, d’un scénario. Mais les histoires étaient à créer et les morales, à former. D’ailleurs, ça y est, certains les ont déjà vues, en classe, à la maison, sur leur chemin ; chacun compose la sienne, il n’y en aura aucune pareille. »

Voir des autres éditions

Mécènat

×